09 La gare

BÂTIMENT STANDARDISÉ

Je jardinais quand un véhicule stoppe à ma hauteur. Le conducteur baisse sa vitre et m’interpelle par dessus la haie.

– Bonjour monsieur ! Pardon de vous déranger, je cherche le village de Claracq !

– Pour vous y rende c’est facile ! Vous prenez le Chemin de la Gare et c’est au bout.

Interloqué, ce visiteur me rétorque.

– Il existe une gare ici ?

Me voilà obligé de faire un retour sur le passé de la commune au début de l’ère industrielle.

Effectivement Claracq se trouvait sur le tracé de la ligne Pau / Aire-sur-l’Adour du P.O.M.; c’était le nom de la compagnie de chemin de fer dite de Pau, Oloron, Mauléon et des Tramways de Bayonne à Biarritz. Cette société avait obtenu en 1888 du département des Basses-Pyrénées la concession pour exploiter des voies secondaires rurales ainsi que celles du transport urbain en Pays basque.

LignePOM
Les stations de la ligne Pau/Aire-sur-l’Adour

Le choix d’un tramway à vapeur à voie étroite fut retenu pour exploiter les lignes. Elle seront dotées d’une architecture ferroviaire faisant appel à des constructions standardisées. Les haltes, au nombre de sept entre Pau et Aire, desserviront des villages de moindre importance. Quatre gares implantées dans des lieux stratégiques affirmeront le statut des chefs-lieux de canton ou des terminus, une sera localisée à la bifurcation des lignes via Garlin ou via Lembeye, enfin trois comme celle de Claracq desserviront des villages plus peuplés. La ligne cessera tout trafic entre les deux grandes guerres.

Progressivement les bâtiments seront reconvertis, une majorité sera réinvestie en logements. C’est le cas pour la gare de Claracq que vous pouvez découvrir dans la brochure réalisée en 2011 par l’Association des Aînés ruraux et accessible sur le site de la commune « Claracq – Les maisons d’habitation…- En remontant dans le temps ». A vous de chercher les transformations !

Train
Loco 030 Blanc-Misseron               Wagon à bestiaux               Voiture 2e classe avec plateformes

Constitués de voitures pour voyageurs, de wagons pour marchandises et bestiaux, les convois étaient tractés par des locomotives dites « Blanc-Misseron » du nom de l’usine du nord de la France qui les fabriquait. Classé Monument Historique en 1983, un des derniers exemplaires de ces machines a été restauré par le Musée des Tramways et des chemins de fer Secondaires.

Entre la décision de création de la ligne en 1873 et sa mise en service en 1904, une trentaine d’années s’écoulent. Sa fermeture, actée en 1932, nous révèle une durée d’exploitation équivalente à celle de sa gestation.

Pour en savoir plus, les Aînés Ruraux de Claracq vous invitent à lire la brochure « La gare » dans la collection CLARACQ à découvrir – Petite histoire, grand moment !

Pour la consulter, cliquer sur la couverture de la brochure 

Gare

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s